Портал в режимі тестування та наповнення
  • A-
    A+
  • Людям із порушенням зору
  • Українською
  • Français
Інтерв'ю Надзвичайного і Повноважного Посла України в Марокко Я.Коваля газеті «Le Matin»
Опубліковано 07 жовтня 2011 року о 13:37

Інтерв'ю Надзвичайного і Повноважного Посла України в Марокко Я.Коваля газеті «Le Matin»  (7 жовтня 2011 р.) (франц.)

Dans quel état d’esprit vous entamez votre mission au Maroc en tant qu’ambassadeur?

Effectivement, je suis au Maroc depuis début mai. J’ai appris avec beaucoup de joie et de satisfaction l’annonce de ma nomination quand j’étais encore à Kiev. Parce que la première réaction de n’importe quel Ukrainien - quand vous lui parlez du Maroc- est spontanément positive. Je l’ai constaté à plusieurs reprises en annonçant à mes amis ou collègues ma prochaine nomination et à chaque fois c’était une réaction de joie et d’enthousiasme. On me disait chaque fois : « tiens c’est un pays très beau et très accueillant, tu as de la chance ! ». C’est dire que le Maroc jouit d’une image très positive auprès des Ukrainiens. C’est sans doute le résultat de la connaissance de l’histoire de la région de la Méditerranée et de l’Afrique du Nord. Il y a donc cette sympathie chez les Ukrainiens et ce sentiment a été conforté par la tenue de la quinzaine de l’artisanat et de la cuisine marocains à Kiev organisée par l’ambassade du Maroc en Ukraine. J’ai reçu plein de réactions de mes connaissances qui ont eu la chance d’assister à cet événement.

De plus, de par les fonctions que j’ai occupées à Paris et à Bruxelles - deux capitales où le Maroc est bien connu - j’ai appris beaucoup de choses sur votre pays. Non seulement à travers l’analyse de la géopolitique de l’UE, de l’Afrique du Nord et de la Méditerranée, mais aussi à travers les livres, les médias et les événements culturels dans lesquels votre pays est bien présent. Bref, il est impossible de ne pas connaître le Maroc avant même d’y venir en touriste ou pour travailler.

Vous entamez votre mission au Maroc dans un contexte particulier, marquée par des réformes profondes. Pour vous, est-ce une contrainte ou opportunité pour un nouvel ambassadeur ?

C’est une très grande chance pour moi que d’arriver au Maroc au moment où à l’initiative de Sa Majeté le Roi Mohammed VI les Marocains ont adopté une nouvelle constitution et lancé des réformes très importantes. Déjà, il est passionnant d’observer ce progrès vers la démocratie et cette aspiration à moderniser son pays . L’Ukraine suit avec beaucoup de sympathie et salue chaleureusement ces avancées démocratiques et les réformes au Maroc. Ce soutien a été exprimé par le Président Viktor Yanukovych dans son message à S.M. le Roi à l’occasion de la Fête du Trône. Les réformes offrent toujours de nouvelles opportunités. Comme je le disais dans mon allocution à l’occasion du 20-e anniversaire de l’Indépendance de l’Ukraine il y a quelques semaines, les pays qui réforment et qui bougent, même situés sur des continents différents, se ressemblent. Et ceci parce qu’il relèvent les défis similaires qui consistent à réformer et à moderniser tout en préservant les équilibres politiques et sociaux, ainsi que l’efficacité de leurs institutions. Les réformes ouvrent des perspectives prometteuses devant nos deux pays.

Comment sont les relations entre les deux pays sur le plan politique?

Elles sont très bonnes. Déjà en arrivant ici et en rencontrant différents interlocuteurs à Rabat j’ai constaté un intérêt certain pour l’Ukraine et sa géopolitique. Nous avons depuis plusieurs années un dialogue politique assez suivi qui s’exprime à travers des consultations politiques bilatérales.

Et justement le jour même de la célébration du 20-e anniversaire de l’Indépendance de l’Ukraine à Rabat, Madame Latifa Akarbach, Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, était à Kyiv pour des consultions politiques. Elle a été reçue par le Ministre des affaires étrangères K.Gryshchenko et par d’autres responsables au gouvernement et au parlement. L’année prochaine nous allons chercher à arranger des visites au niveau ministériel.

Quelle est la position de l’Ukraine par rapport au problème du Sahara marocain?

Cette question a été à l’ordre du jour de nos consultations bilatérales et nous avons écouté attentivement l’exposé très complet et très argumenté de la partie marocaine sur le Sahara occidental. Concernant ce dossier, ce que nous relevons ces derniers mois, c’est le dynamisme de la position marocaine qui exploite toutes les possibilités pour faire avancer le règlement et pour continuer les négociations dans le cadre des Nations Unies de manière à trouver une solution à ce dossier et à offrir ainsi les meilleures conditions de vie aux Sahraouis. Nous notons également les propositions qui s’inscrivent très harmonieusement dans la politique de régionalisation avancée que le Maroc mène. Mais surtout ce que nous apprécions, c’est l’activisme du Maroc dans le cadre des Nations Unies. Le problème doit être réglé sur la base de négociations aboutissant à un accord qui convienne à toutes les parties. Si la proposition marocaine est acceptée par toutes les parties concernées, cela contribuera à la stabilité dans le Maghreb Arabe.

Et sur le plan économique, comment se portent les relations entre les deux pays?

Sans être voisins immédiats nos deux pays développent plutôt bien leurs relations commerciales. Sur le plan institutionnel, nous avons créé en 2008 la commission intergouvernementale chargée de la coopération économique, commerciale, scientifique, technique et culturelle. Courant octobre nous comptons tenir la deuxième réunion de cette commission à Kyiv.

Pour ce qui est du commerce bilatéral, le Maroc est le sixième importateur des produits ukrainiens en Afrique. En 2009, l’Ukraine a été le 4e fournisseur de blé au Maroc, le chiffre d’affaires du commerce bilatéral a été environ de 2,1 milliards de dirhams en 2009 et 1,4 milliards de dirhams en 2010, en légère baisse à cause de la conjoncture économique. Mais déjà au premier semestre 2011, selon l’Office des changes, le CA a été multiplié par trois par rapport à la même période de 2010, pour atteindre 2,7 milliards de dirhams ! Pendant cette période, l’Ukraine a augmenté ses achats des phosphates, des poissons et fruits de mer, de la maroquinerie et d’objets de l’artisanat. En revanche, nous vendons au Maroc des métaux, des produits chimiques, des équipements électroniques, mais aussi des céréales et des engrais. Ce qui nous donne de l’optimiste pour la poursuite de nos échanges.

La conclusion d’un ALE est-elle envisageable?

La question est à l’ordre du jour. Il y a des consultations à ce sujet. Au moment de la tenue de la prochaine réunion de la commission intergouvernementale sur de la coopération économique, nos experts vont se pencher sur ce problème. Il faut également noter que l’Ukraine compte conclure avant la fin de cette année un accord d’association et de libre échange avec l’UE et sachant que le Maroc s’inscrit dans la même logique dans son partenariat avancé avec l’Union, il faut chercher de nouveaux terrains de coopération à partir des relations de voisinage de nos deux pays avec l’Union Européenne, ce véritable trait d’union entre l’Ukraine et le Maroc.

Quels sont les obstacles handicapant le développement de la coopération entre les deux pays ?

Il n’y a pas assez de contacts entre les milieux d’affaires marocains et ukrainiens. Nous avons un cadre institutionnel, mais il faut mettre ensemble nos hommes d’affaire et faire en sorte qu’ils se rencontrent plus souvent. C’est pour cela que nous avons commencé à travailler sur la création d’un conseil d’affaires Ukraine - Maroc. Je pense que c’est au sein de ce Conseil d’affaires que nos entreprises apprendront à mieux se connaître et trouveront les complémentarités réciproques qui boosteront leurs échanges dans tous les domaines.

Concernant le volet culturel et scientifique, comment sont vos relations avec le Maroc?

En Ukraine, il y a à peu près 1000 étudiants marocains inscrits de manière indépendante dans les grandes écoles. En plus, chaque année le gouvernement ukrainien propose un certain nombre de bourses. 20 bourses sont ainsi offertes cette année contre 10 bourses l’année passée. Cette coopération se passe dans le cadre de notre action au sein de l’Organisation Internationale de la Francophonie où nous avons un statut d’observateur.

Les étudiants marocains s’intéressent en particulier aux filières scientifiques comme la médecine, la pharmacie et l’ingénierie…

Quid des échanges culturels et touristiques?

Nous comptons organiser prochainement une semaine de la culture ukrainienne au Maroc et une semaine de la culture marocaine en Ukraine. Il est capital que nos deux peuples se connaissent mieux et intensifient leurs échanges. Car souvent les échanges culturels et humains favorisent le développement des relations économiques. Nous misons beaucoup, si tout se passe bien, sur l’ouverture d’une liaison aérienne directe (Kyiv - Casablanca). Cette ligne directe sera sans nul doute un stimulant pour les contacts entre les hommes d’affaires mais aussi pour augmenter les flux touristiques vers et à partir de l’Ukraine et du Maroc. Il serait également positif d’annuler l’obligation de visa pour venir au Maroc pour les touristes ukrainiens. Le royaume a supprimé le visa pour les touristes russes, ce qui s’est traduit par une augmentation considérable de leur nombre. Je suis sûr qu’il y a beaucoup d’Ukrainiens qui seront attirés par les séjours ici, étant donné une grande diversité, une vraie hospitalité et une réelle ouverture par lesquelles le Maroc s’est toujours distingué.

L’Ukraine marque cette année le 20-e anniversaire de l’Indépendance…

L’accession de l’Ukraine à l’Indépendance il y 20 ans a marqué un aboutissement, mais aussi un point de départ.

C’était l’aboutissement des aspirations à la liberté et d’une longue préparation intellectuelle des assises identitaires d’un Etat européen de 45 millions d’Ukrainiens, mais aussi le point de départ de l’édification d’un Etat de droit, démocratique et social, des institutions efficaces et d’une société civile active. L’Ukraine a réussi bon nombre de défis, mais d’autres chantiers majeurs restent à poursuivre et à finaliser.

Nous avons confiance dans l’avenir. Les réformes que nous mettons en oeuvre et la politique extérieure équilibrée et ouverte que nous menons permettront à l’Ukraine de jouer un rôle toujours plus important sur la scène internationale.

«Le Matin» (Марокко), Я.Коваль, Надзвичайний і Повноважний Посол в Марокко

Outdated Browser
Для комфортної роботи в Мережі потрібен сучасний браузер. Тут можна знайти останні версії.
Outdated Browser
Цей сайт призначений для комп'ютерів, але
ви можете вільно користуватися ним.
67.15%
людей використовує
цей браузер
Google Chrome
Доступно для
  • Windows
  • Mac OS
  • Linux
9.6%
людей використовує
цей браузер
Mozilla Firefox
Доступно для
  • Windows
  • Mac OS
  • Linux
4.5%
людей використовує
цей браузер
Microsoft Edge
Доступно для
  • Windows
  • Mac OS
3.15%
людей використовує
цей браузер
Доступно для
  • Windows
  • Mac OS
  • Linux